« DÉBLOQUER DES OPPORTUNITÉS PENDANT UNE CRISE : l’exemple d’Explore Switzerland »​

Débloquer des opportunités pendant une crise ? Luca Santos, Djeson Muanza et Maël Calame l’ont fait ce printemps en pleine pandémie. Les trois jeunes neuchâtelois, autant complices qu’inventifs, ont créé ensemble Explore Switzerland, une plateforme 100% digitale, avec le dessein de soutenir le tourisme suisse.

Lors d’une interview, les trois co-fondateurs ont répondu à nos questions relatives au développement de leur projet et à la création entrepreneuriale.

Quelles ont été les étapes décisives pour la mise en œuvre de ce projet ?

Luca : La première étape a été d’imaginer l’idée et de prendre conscience qu’elle pouvait se réaliser. Bien que j’en ai été l’initiateur, j’étais novice dans le lancement de projet et c’est vraiment de cette collaboration entre nous trois qu’il a pu voir le jour.

Mael : Lorsque Luca m’a fait part de son idée, j’ai tout de suite adhéré et apporté mes connaissances entrepreneuriales. Ensuite, la deuxième étape clé a été le crowdfunding permettant de sonder le marché et d’affiner notre projet en fonction du feedback des participants.

Djeson : Durant la durée de récolte d’argent via le financement participatif, on a développé la plateforme en ligne alors qu’aucun de nous trois n’est développeur. Ça a été vraiment un gros challenge. En parallèle, on s’attaquait déjà au démarchage, car sans partenaires notre projet n’avait pas lieu d’être.

Quelles stratégies avez-vous utilisé pour les convaincre ?

Maël : On est directement passés par les faîtières (Gastrosuisse, offices du tourisme, etc.) afin qu’elles nous relaient auprès des partenaires. Après il y a eu un gros travail de mailing et de publicité afin de les convaincre de s’inscrire et leur montrer comment la plateforme fonctionne.

Quels ont été les obstacles prédominants ?

Maël : Il y a eu de nombreux obstacles. Déjà on pensait qu’en partant avec un projet de solidarité, tout le monde allait adhérer mais en réalité, convaincre les partenaires s’est avéré être un travail de longue haleine.

Djeson : En effet, avec du recul je pense qu’on a sous-estimé le travail de relance lors du démarchage de partenaires. Les premières réactions étaient tellement positives que l’on pensait que l’effort serait bien plus simple.  Toutefois, on oublie souvent qu’il y a un écart entre ce que les gens disent et ce que les gens mettent sur la table

Luca Santos est spécialiste en finance et depuis peu s’est reconverti dans la formation d’adulte pour la réinsertion professionnelle.

Maël Calame est spécialiste en marketing stratégique digital et accompagne les différentes phases de développement des projet des entreprises.

Djeson Muanza est un serial entrepreneur spécialiste en marketing et formateur/coach d’adultes dans le domaine du marketing et de la recherche d’emplois.

En quoi Explore Switzerland se démarque de ses concurrents ?

Lucas : Premièrement, la plateforme regroupe tous les secteurs – hôtellerie, culture, restauration et événementiel et permet ainsi de voyager de manière plus libre et spontanée grâce à une application facile d’usage. Deuxièmement, on repose sur un principe de solidarité et donc c’est gratuit et flexible pour les partenaires. Ils peuvent librement proposer les rabais souhaités et sortir de la plateforme quand ils le veulent.

Comment voyez-vous l’avenir de Explore Switzerland ?

Djeson : On aimerait que ce projet, qui est très jeune et déjà solidaire, devienne rassembleur. Nous travaillons sur une plateforme davantage interactive et dynamique afin de créer une communauté grâce à des fonctions nouvelles (commentaires, likes, envoi à un ami).

Maël : Bien qu’étant satisfaits de notre base solide avec des partenaires qui partagent nos valeurs, on compte développer notre offre, notamment en Suisse allemande et toujours dans l’optique de garder nos partenaires dans la durée.

Quels seraient les conseils que vous donneriez à des jeunes qui ont envie de se lancer dans l’entrepreneuriat mais qui hésitent encore ?

Maël : Ne pas hésiter à foncer mais pas n’importe comment. Tu peux avoir de super idées mais tant que tu ne vas pas dans la concrétisation, ça n’amènera jamais rien.  Dans notre cas, l’élément significatif a été de s’entourer et de prendre en compte le feedback des gens.

 

Djeson : N’ayez pas peur de vous lancer, pas peur d’essayer. La seule chose que je pourrais regretter c’est de ne pas avoir essayer et ne pas avoir ce je-m’en-foutisme de ce que les autres pourraient penser. Il y a tellement de rencontres, d’enseignements et de satisfaction personnelle de partir d’une idée dont on a rêvé et puis, finalement, d’avoir son entreprise. Et peut-être qu’un jour tu créeras des emplois et tu inspireras quelqu’un. Fonce; si tu tombes, tu tombes. Quand tu étais enfant, tu es tombé plus d’une fois, pourtant ça ne t’a pas empêché de courir. L’échec reste un enseignement.

De manière générale, de quelle manière la crise du covid peut-elle être une source d’opportunité et de créativité ?

Luca : Nous avons réussi malgré la crise car initialement notre projet était covid-compatible. Une crise c’est juste une super opportunité de prendre du recul, de réfléchir un petit peu d’où on vient, où on veut aller et si on est sur le bon chemin. Grâce à cette crise j’ai levé la tête et c’est ce qui m’a permis de voir de bonnes opportunités et ensuite, de les débloquer. Soit on voit le verre à moitié vide et on se dit que c’est une catastrophe, soit on se bouge et on se demande ce que l’on pourrait apporter à la société.  

Djeson : Si aujourd’hui tu ne peux plus faire ce que tu faisais hier, réfléchis à ce que tu peux faire d’autre.  Durant cette crise sanitaire, il y a toujours des choses à faire. Il suffit de s’immiscer dans le gouffre et chercher à en tirer du positif. Dans la pénombre, il y a toujours une lueur…

Propos recueillis et rédigés par

Partagez l’article :

Créé avec ❤ par Jeune Consulting. Copyright.